Bandeau
Initiatives Europe Conseil
Les projets européens de l’Economie Sociale et Solidaire en PACA

IEC informe les acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire de la Région Provence Alpes Côte d’Azur sur les programmes européens
Ce site s’adresse aux citoyens, aux bénévoles et aux salariés des mouvements associatifs, mutualistes, aux entrepreneurs coopératifs et aux artisans, aux agriculteurs, aux élus et aux agents des collectivités qui souhaitent intégrer la question de l’Europe dans leurs stratégies de développement, leur veille juridique, leur combat social et politique.

LE CADRE LOGIQUE

Un document récurent pour les appels à projets dans le domaine de la coopération et du développement.

Article mis en ligne le 29 octobre 2014
logo imprimer

Un cadre logique est un outil de gestion et de communication précieux pour la planification, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation d’un projet. Pour être efficace, il doit être contrôlé à intervalles réguliers tout au long de la mise en œuvre du projet et examiné en cas de besoin. Lors de la préparation de votre proposition de projet, il est utile de vérifier la cohérence de votre projet en vérifiant les logiques verticales et horizontales (voir la logique du cadre logique ci-dessous) qui sous-tend la matrice.

Le Cadre Logique

Qu’est-ce qu’une matrice de cadre logique ?

Il s’agit d’une version simplifiée de votre projet indiquant :

- Comment les activités, résultats et objectifs de votre projet sont liés.
La première colonne indique comment le projet entend produire les résultats fixés pour atteindre un but désiré et contribuer ainsi à un impact plus large

- Les objectifs et méthodes clairs pour mesurer ces concepts.
Des indicateurs et sources objectivement vérifiables et des moyens de vérification dans les deuxième et troisième colonnes permettent d’assurer un suivi objectif du projet tout au long de la mise en œuvre et de procéder par la suite à une évaluation. (voir 10-15. ci-dessous)
- Quelles conditions doivent être remplies pour assurer la réussite du projet.
Il doit découler d’une analyse participative et de la planification.

Comment remplir le cadre logique ?

PNG - 69.1 ko
Cadre logique 1

Il est recommandé de remplir le cadre logique dans l’ordre ci-dessous, en appliquant d’abord la logique verticale puis horizontale (voir la logique du cadre logique ci-dessous).
Étant donné que les donateurs utilisent des cadres logiques différents, veillez à utiliser la matrice de cadre logique spécifiquement prévu pour répondre à l’appel à proposition et à fournir toutes les informations requises dans le formulaire !

1. Définir l’objectif général auquel votre projet contribue.

Il s’agit du fondement de votre projet et il doit être lié aux objectifs de l’appel à proposition identifiés dans les thématiques. Votre projet ne saurait à lui seul résoudre la question des droits des migrants, capacités des migrants, communautés migrantes et remises de fonds des migrants, mais il s’efforcera de contribuer à l’objectif général de promouvoir le lien entre migration et développement, pour un impact à long terme. Privilégier l’emploi de l’infinitif pour décrire votre projet : ex « réduire l’impact négatif de la migration sur les droits des membres d’une famille dans les pays d’origine ».

2. Définir un/des objectif(s) spécifique(s) susceptibles de se réaliser pendant le projet.

Les objectifs spécifiques décrivent les résultats à court ou moyen terme des activités de votre projet. Ils doivent pouvoir être réalisables avant la fin du projet ou immédiatement après. Privilégier l’emploi de l’infinitif pour décrire votre/vos objectif(s) spécifique(s) : « fournir des activités de loisir et services psychologiques aux enfants de migrants à XY ».

3. Définir les résultats de vos activités.

La réalisation des résultats avant la fin du projet est nécessaire pour atteindre les objectif(s) spécifique(s) du projet. Les résultats sont le produit à court terme de votre projet. Les résultats devraient être numérotés 1,2,3 etc. Faire figurer un résultat par ligne. Veillez à ce que les résultats décrivent l’accomplissement plutôt que l’activité : formuler les résultats comme s’ils étaient déjà réalisés : ex. « centre de la jeunesse établi », « contact accru entre les enfants de migrants », etc. Pour chaque résultat, ajouter entre parenthèses le partenaire de votre consortium chargé de sa réalisation.

4. Définir les activités.

Il s’agit des mesures nécessaires à la réalisation des résultats, mises en œuvre par les participants au projet tout au long de sa durée. Ici, il s’agit uniquement de résumer les principales activités, ex : formation des employés d’un centre de la jeunesse, et non pas d’évoquer en détail les activités qui aboutissent à la formation et à son suivi, ex : élaboration du programme, évaluation de la formation. Numéroter les activités selon les résultats auxquels elles correspondent (1.1, 1.2, etc.).
Faire figurer une activité par ligne.
Pour chaque activité, ajouter entre parenthèses le partenaire de votre consortium chargé de sa mise en œuvre.
Avant de poursuivre, vérifier la logique de votre matrice : consulter la colonne de gauche (objectifs) à l’aide de la logique SI-ALORS (lien vers la logique verticale ci-dessous) ou utiliser la question « comment y parvenir ? » en progressant de haut en bas.

5. Dresser la liste des moyens requis pour réaliser les activités

Indiquez de manière générale les ressources nécessaires pour mener vos activités. Il s’agit de l’apport nécessaire à la réalisation des résultats par le biais des activités, en particulier les ressources humaines, équipement et installations. Vos perceptions sont la base de votre budget : veillez à ce que les moyens figurant ici correspondent à votre budget et vice versa !

6. Dresser la liste des sources d’informations sur l’état d’avancement des activités

Les sources d’informations sur l’état d’avancement des activités comprennent les rapports intérimaires ordinaires fournis aux donateurs comme l’exigent les lignes directrices du présent appel à proposition, entre autres. On peut également citer les coupures de presse, rapports de séance, etc.

7. Identifier d’importantes conditions préalables à vos activités

Identifier d’importantes conditions préalables à vos activités. Ces conditions ne relèvent pas de votre contrôle et doivent nécessairement être remplies pour mener à bien les activités prévues, ex : promulgation de lois avant le démarrage du projet.

8 - 9. Identifier d’importantes hypothèses concernant vos résultats et objectif(s) spécifique(s)

Identifier d’importantes hypothèses concernant vos résultats et objectif(s) spécifique(s). Indiquez les risques que vous avez identifiés lors de l’analyse et les formuler de manière positive. Vos activités atteindront les résultats escomptés et ceux-ci contribueront aux objectif(s) spécifique(s) uniquement si ces hypothèses sont remplies.
À vérifier à nouveau : les niveaux d’objectifs accompagnés d’hypothèses importantes devraient produire les conditions nécessaires et suffisantes pour passer au niveau suivant, donc SI [activités] ET [hypothèses] ALORS [résultats].

10 - 15. Définir les indicateurs SMART de réalisation et les sources connexes et moyens de vérification

En commençant par l’objectif général, définissez à chaque rangée les indicateurs objectivement vérifiables et moyens de vérification. Il s’agit de la de la matrice. Les indicateurs sont importants pour le suivi et l’évaluation du projet au niveau interne et au niveau externe. Demandez-vous « quand et comment détermine-t-on si l’on a atteint ce qu’on s’était fixé ? »
Les indicateurs devraient toujours inclure des critères de quantité, de qualité et de temps. Il s’agit des critères dits SMART :

- S - Spécifique - lié aux résultats visés par le projet (ex : formation destinée au renforcement des compétences.

- M - Mesurable - critère qualitatif et/ou quantitatif pour indiquer dans quelle mesure les résultats ont été atteints (ex : 20 formations pour 30 étudiants, dont au moins 50 % de femmes). Note : les quantités que vous vous fixerez auront un impact majeur sur votre budget !

- A - Acceptable (par tous les partenaires impliqués) et Réalisable (réaliste)

- R - Pertinent - utile aux fins d’informations de gestion et conforme à l’environnement socio-culturel

- T - Limité dans le temps - fixe des délais (ex : 20 formations pour 30 étudiants, dont au moins 50 % de femmes, au sixième mois du projet). Ces dates devraient correspondre à votre plan de travail !

Pour certains objectifs, il est plus difficile de déterminer des critères de réalisation ou il existe plusieurs possibilités.
Si vous ne parvenez pas à établir de bons indicateurs, imaginez-vous qu’à la fin du projet, quelqu’un vous pose la question suivante : « comment savez-vous que vous avez atteint ce résultat ou que vous avez contribué à cet objectif ? ».
Veillez à ne pas transposer les activités en indicateurs de résultats.

Définir les sources et moyens de vérification. Il s’agit de sources d’informations utilisées pour vérifier les résultats accomplis, ex : la réponse à la question de la même personne : « comment puis-je vérifier que ce que vous dites est vrai ? ».
Il s’agit en général de supports tels que des publications, statistiques, études, rapports (de projet), vidéos etc. Ne pas se fixer de sources de vérification trop coûteuses ou impossibles à atteindre.
Dans notre exemple sur la formation, la vérification (comment peut-on prouver que l’on a atteint le résultat escompté de 20 formations pour 30 étudiants, dont au moins 50 % de femmes, au sixième mois du projet) pourrait se matérialiser sous forme de rapports d’évaluation de la formation et d’état d’avancement du projet.

Si vous bloquez au moment de remplir le cadre logique, il ne faut pas s’inquiéter et il faut y revenir plus tard. Vous souhaiterez peut-être réfléchir à un certain nombre d’hypothèses, indicateurs et sources/moyens de vérification avec votre équipe de projet. Au final, il s’avère souvent utile de faire relire le cadre logique une fois rempli par une personne différente par souci de cohérence.

La logique qui sous-tend la matrice du cadre logique est double

La logique verticale

La logique verticale indique l’objectif visé par le projet et établit la relation de cause à effet entre les activités et les différents niveaux d’objectifs. Elle précise également les conditions préalables et les hypothèses qui doivent être remplies pour assurer la réussite du projet.
La logique est donc la suivante : SI les activités se déroulent comme prévu (ET que les hypothèses XY sont confirmées) ALORS vous devriez atteindre les résultats escomptés.
SI vous parvenez aux résultats escomptés (ET que les hypothèses YZ sont confirmées) ALORS vous réaliserez l’objectif spécifique du projet et contribuerez à l’objectif général :

PNG - 61.8 ko
Cadre logique 2

La logique horizontale

Quant à la logique horizontale, elle montre pour chaque niveau d’objectif comment vous envisagez de mesurer la réalisation des résultats et objectifs de votre projet et par le biais de quelles sources ou par quels moyens cela sera vérifié. S’agissant des activités, vous devez également indiquer quelles sources d’informations peuvent attester de l’état d’avancement du projet :

PNG - 79.3 ko
Cadre logique 3

Terminologie :

Objectifs globaux : Les objectifs globaux expliquent en quoi le projet est important pour la société, en termes d’avantages à très long terme pour les bénéficiaires finaux et d’avantages plus large pour la société. Il permet également de s’assurer de la conformité du projet/programme avec les politiques régionales/sectorielles des gouvernements/organisations concernés et de la CE, ainsi qu’avec les objectifs politiques de la coopération de la CE. Les objectifs globaux ne seront pas atteints par le projet à lui seul (il ne fait qu’apporter une contribution), il va nécessiter la contribution d’autres programmes et projets.

Objectif spécifique : Objectif central du projet. L’objectif spécifique doit traiter le(s) problème(s) du projet fondamentaux et se définir en termes d’avantages durables pour le(s) groupe(s) cible(s). Les projets plus importants/complexes peuvent avoir plusieurs objectifs spécifiques (soit un par composante du projet).

Résultat : Extrant (produit), effet (réalisation) ou impact (escompté ou non, positif ou négatif) d’une action dedéveloppement.

Extrant : Bien, équipement ou service qui résulte de l’action de développement. Le terme peut s’appliquer à des changements induits par l’action qui peuvent conduire à des effets directs.

Intrant (moyen, ressource) : Moyen financier, humain et matériel utilisé pour mener une action de développement.

Effet (réalisation) : Ce qu’une action de développement doit accomplir ou a accompli à court ou à moyen terme. Il s’agit des changements tangibles sur les plans comportemental, institutionnel et social qui surviennent sur une période de trois à dix ans, généralement à la suite d’investissements coordonnés à court terme faits dans le renforcement des capacités individuelles et organisationnelles des principaux acteurs (par exemple les gouvernements nationaux, la société civile et le secteur privé).

Impact : Effet à long terme, positif ou négatif, primaire ou secondaire, intentionnel ou non, induit de façon directe ou indirecte par une action de développement.

Impact en termes de développement institutionnel : Mesure dans laquelle une action accroît ou affaiblit la capacité d’un pays ou d’une région à utiliser ses ressources propres (humaines, financières et naturelles) de façon efficiente, équitable et durable – au moyen, par exemple, de mécanismes institutionnels mieux définis, plus stables, transparents et effectivement appliqués, de façon prévisible, ou encore, pour les organisations concernées par ces changements institutionnels, d’un meilleur ajustement entre leur mandat, leur mission et leurs capacités. Ces impacts peuvent inclure les effets escomptés ou inattendus d’une action.

Conditions préalables : Conditions qui doivent être remplies avant que le projet puisse commencer, en d’autres termes avant que l’on puisse démarrer les activités. Les conditions préalables (s’il en existe) vont influencer la mise en oeuvre.

Hypothèses : Facteurs susceptibles d’affecter la mise en scène ou la réussite du projet, mais dont le gestionnaire du projet n’a pas le contrôle. Ils constituent la 4ème colonne du Cadre Logique, et sont formulés en termes positifs, par ex. : « Réforme des procédures pénales mise en place avec succès ». Formulées en termes négatifs les hypothèses deviennent des « risques ».

Indicateur : Facteur ou variable, de nature quantitative ou qualitative, qui constitue un moyen simple et fiable de mesurer les progrès, d’exprimer les changements liés à une intervention ou d’aider à apprécier la performance d’un acteur du développement.

• Les indicateurs d’inputs permettent de mesurer les ressources financières, administratives et réglementaires fournies par l’État et les bailleurs de fonds. Il est nécessaire d’établir un lien entre les ressources utilisées et les résultats obtenus afin d’évaluer l’efficience des activités menées. Par ex. : part du budget consacrée à l’éducation, suppression des uniformes scolaires obligatoires.

• Les indicateurs de résultat (output) permettent de mesurer les conséquences immédiates et concrètes des décisions prises et des ressources utilisées : par ex. : le nombre d’écoles construites, le nombre de professeurs formés. Dans la structure du Cadre Logique de la CE ces réalisations directes sont appelées des « résultats ».

• Les indicateurs d’objectifs (outcomes) permettent de mesurer les résultats en termes de avantages pour les groupes cibles. Par ex. : scolarisation, pourcentage de filles parmi les enfants entrant en première année d’école primaire.

• Les indicateurs d’impact permettent de mesurer les conséquences à long terme des résultats. Ils mesurent les objectifs généraux en termes de développement national et de réduction de la pauvreté. Par ex. : taux d’alphabétisation.

Activité : Action entreprise ou travail mené en vue de produire des réalisations précises. L’activité mobilise des ressources (intrants) telles que des fonds, une assistance technique et d’autres types de moyens.

Analyse des risques : Appréciation des facteurs (appelés hypothèses dans le cadre logique) qui contribuent ou pourraient contribuer à l’atteinte des objectifs d’une intervention donnée. Examen détaillé des conséquences non voulues et négatives qu’une action de développement pourrait avoir sur la vie humaine, la santé, la propriété ou l’environnement. Cette analyse permet également de quantifier la probabilité de l’apparition des risques définis et leur impact prévisible.

Bénéficiaires : Ceux qui bénéficient de quelque façon que ce soit de la mise en œuvre du projet.

On peut distinguer :

(a) le(s) groupe(s) cible(s) : le groupe/l’entité qui va être affecté(e) directement par le projet au niveau de son objectif spécifique ;

(b) les bénéficiaires finaux : ceux qui bénéficient du projet à long terme au niveau de la société ou du secteur au sens large, par ex. « les enfants » avec l’augmentation des dépenses de santé et d’éducation, ou « les consommateurs » avec l’amélioration de la production agricole et de la commercialisation des produits agricoles.


Dans la même rubrique

A télécharger

  • Cadre logique vierge
  • 56.1 ko / OpenDocument Spreadsheet

« L’Europe se rapproche de l’Amérique d’un centimètre par siècle. Pourtant le prix de la traversée reste le même. » François Cavanna

puceContact puceMentions légales

RSS

2014-2019 © Initiatives Europe Conseil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.81
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2